depression_630x300

Symptômes

État dépressif (tristesse et désespoir) durant la majeure partie de la journée

Perte d’intérêt/plaisir envers le travail, les loisirs, les gens ou les relations sexuelles

Changements d’appétit et/ou de poids

Changements dans les habitudes du sommeil

Fatigue

Agitation ou retardation (i.e., être plus vite ou agir au ralenti)

Sentiment d’incompétence, de culpabilité excessive ou faible estime de soi

Difficulté à se concentrer, à se souvenir ou à prendre des décisions

Pensées suicidaires

Statistiques

Une femme sur quatre et un homme sur huit souffriront de dépression à un certain moment dans leur vie.

Traitement

Modifier les pensées : Lorsqu’une personne est déprimée, elle voit son futur et le monde extérieur d’un côté sombre, peu reluisant. Ce biais de la pensée peut être corrigé avec les techniques de restructuration cognitive, de sorte que les pensées négatives (ex. :« J’ai gâché ma vie ») peuvent être remplacées par des pensées plus réalistes (ex. : « J’ai atteint quelques uns de mes buts mais pas tous »).

Modifier les comportements : Lorsqu’une personne est déprimée, elle a tendance à être moins active, autant physiquement que socialement, et s’engage dans moins d’activités qui, pourtant, lui procuraient du plaisir avant d’être déprimée (ex. : regarder des films).
Elle a aussi tendance à moins s’investir dans des activités qui pourraient lui procurer un sentiment d’accomplissement (ex. : faire du ménage, faire de l’ordre dans sa paperasse etc.).
Le traitement proposé consiste en une activation comportementale, ce qui réfère simplement à s’engager dans plus d’activités de toutes sortes.

Autres stratégies de traitement

Identifier ses besoins : Réfléchir sur ses propres valeurs, celles qui donnent un sens à la vie et qui procurent du plaisir.

Établir des buts personnels basés sur ces valeurs.

Améliorer la communication avec les autres, construire ou renforcer un bon support social autour de soi.

Améliorer la résolution de problèmes et modifier la façon dont les problèmes sont perçus (ex.: considérer une situation comme une opportunité de croissance personnelle au lieu de voir cela comme un obstacle insurmontable).

Pleine conscience et acceptation : Apprendre à être là, dans le moment présent, et à interrompre tout jugement (ex. : au lieu de définir des expériences comme « bonnes » ou « mauvaises », les accepter telle qu’elles sont).

Médication : les ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) tels que Paxil, Celexa, Lexapro, Luvox, Prozac, Zoloft sont les plus utilisés, ainsi que les IRSN (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline) tel qu’Effexor.
Il y a aussi les antidépresseurs tricycliques tels que Anafranil, Sinequan, Tofranil, Norpramin et Amixapine, les antidépressueurs tetracycliques, comme Remeron et les inhibiteurs MAO (inhibiteurs de monoamine oxidase), tels que Nardil et Parnate.

Dysthymie

La dysthymie est une forme de dépression, plus subtile mais chronique. Lors d’une dysthymie, l’état dépressif et les symptômes associés doivent avoir été présent pendant au moins 2 ans. Le traitement proposé est similaire à celui prescrit pour la dépression.

Ouvrages de références

Être bien dans sa peau.
David Burns, M.D. (1985).
Les Éditions Héritage Inc. ISBN 2-7625-2461-X

Dépression et anxiété: Comprendre et surmonter par l’approche cognitive.
Dennis Greenberger et Christine Padesky (2004).
Décarie Éditeur inc. ISBN 2-89137-084-8

La vie est injuste et alors?: Résister aux chocs de la vie.
Alain Samson (2004).
Les éditions Transcontinental. ISBN 2-89472-245-1


PRENDRE RENDEZ-VOUS AVEC NOUS

Par téléphone

(514) 485-7772

Par courriel

 

  • Envoyer le courriel
  • nous allons vous contacter pendant les heures de bureau afin de confirmer votre rendez-vous