obsessivecompulsive_630x300

Les obsessions sont:

Des pensées, des impulsions ou des images récurrentes et persistantes, lesquelles sont intrusives et causent de l’anxiété ou de la détresse.

Elles ne sont pas juste des inquiétudes excessives à propos de réels problèmes de la vie.

La personne veut se débarrasser de son obsession (essaie de l’ignorer, de la supprimer ou de faire quelque chose pour  la confronter).

La personne n’a pas de délusions (elle se rend compte que son comportement ou pensées est excessif).

Les compulsions sont:

Des comportements répétitifs (ex.: vérifier) qui peuvent être de l’ordre mental (ex.: compter) dont une personne ressent le besoin d’accomplir en réponse à son obsession.

Les compulsions ont pour fin de prévenir/ réduire la détresse ou un événement redoutable. Toutefois, le lien qu’elles ont avec ce qu’elles sont supposées prévenir n’est pas vraiment réaliste ou est simplement excessif.

Symptômes courants

Obsessions et/ou compulsions

La personne reconnaît qu’elles sont excessives ou déraisonnables.

Elles causent une détresse significative, accaparent du temps et interférent avec les activités sociales ou les relations interpersonnelles.

Statistiques

Une personne sur quarante souffrira d’un trouble obsessionnel compulsif  à un certain moment dans sa vie.

Traitement

Modifier les pensées: Il existe différents types de TOC, mais presque toutes les personnes qui en souffrent ont tendance à surestimer la probabilité qu’un événement négatif arrive et croient qu’elles ne pourraient pas y faire face si cela arrivait. Ces personnes ont tendance à avoir un sens des responsabilités exagéré et un grand besoin de se sentir en sécurité.

Par exemple, une personne pourrait penser qu’elle attraperait fort probablement une maladie en touchant la surface d’un objet public, qu’elle ne pourrait pas tolérer être malade, et pourrait même en mourir.

D’autres pensent que laisser les électroménagers sous tension pendant qu’elles ne sont pas à la maison va inévitablement causer un incendie majeur et qu’elles auraient du mal à gérer le sentiment de perte et de culpabilité. Plus encore, d’autres personnes croient que lorsqu’elles ont une certaine pensée, ceci veut dire qu’elles voudraient inconsciemment que l’action se passe et sont donc plus susceptibles que cela arrive. Elles pensent alors qu’elles sont réellement de mauvaises personnes. (ex. : « Je tuerais mon bébé » ou « Je pourrais sauter en avant d’un train »). Les pensées associées avec les compulsions sont plus souvent qu’autrement irréalistes.

Quelques exemples: « si je compte jusqu’à 100, rien de mal va arriver”, “si je me lave les mains 100 fois par jour, je ne serai pas malade” ou “si je ne vérifiais pas que chaque électroménager est hors tension avant de partir ou que la porte est verrouillée, je serais vraiment irresponsable”. Ces associations irréalistes ont besoin d’être confrontées.

Modifier les comportements: Le cœur du traitement pour les TOC consiste à faire une exposition répétée et contrôlée aux stimuli anxiogènes (“Exposition et Prévention de Réponse”; EPR). Lorsqu’une personne souffre d’un TOC, les pensées, les images ou les souvenirs obsessionnels sont associés avec l’anxiété et les compulsions servent à réduire cette anxiété. Par exemple, quelqu’un peut être obsédé par l’idée que la personne qu’il aime soit blessée. Cela cause de l’anxiété.

Pour y faire face, cet individu se met à compter pensant pouvoir ainsi protéger sa copine. Cette croyance est renforcée puisqu’à chaque fois qu’il compte, rien ne se passe. L’anxiété est alors diminuée. Ce que cette personne n’apprend pas (pas intellectuellement mais plutôt émotionnellement) est qu’il n’y a pas de relation entre la sécurité de sa copine et le fait de compter.

Il doit accepter la réalité qu’il subsiste un risque (si minime soit-il) que sa celle-ci meure n’importe quand. La seule manière d’apprendre sur le plan émotionnel est de refuser de s’engager dans ses compulsions et ce, avec l’aide et le support d’un thérapeute expérimenté, idéalement.

Autres stratégies de traitement

Relaxation et respiration profonde.

Médication: On utilise les ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine). Le Zoloft, plus particulièrement, a démontré son efficacité dans le traitement du TOC.

Ouvrages de référence

Troubles obsessionnels compulsifs: principes, thérapie, applications.
Martine Bouvard (2006). Elsevier-Masson. ISBN-10 : 2294080653


PRENDRE RENDEZ-VOUS AVEC NOUS

Par téléphone

(514) 485-7772

Par courriel

 

  • Envoyer le courriel
  • nous allons vous contacter pendant les heures de bureau afin de confirmer votre rendez-vous