La TCC est reconnue comme étant efficace par :

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS)

L’Institut national de la santé et l’excellence clinique (NICE) au Royaume-Uni

L’Institut national de santé mentale (NIMH)

Les associations de psychologues et psychiatres au Canada, aux États-Unis, en Australie et au Royaume-Uni, parmi d’autres.

C’est le traitement de choix pour l’anxiété et la dépression :

Dans Frontiers in Psychiatry (2018), David, D., Cristea, I., and Hofmann, S.G., opinent que la TCC est le traitement psychologique de choix pour les raisons suivantes :

 1) « La TCC est le traitement psychologique qui a fait l’objet du plus grand nombre d’études. »

2) « Aucune autre forme de psychothérapie n’a été démontrée comme étant systématiquement supérieure à la TCC. »

3) « Les modèles théoriques et mécanismes de changement de la TCC ont fait l’objet du plus grand nombre d’études et sont en phase avec les paradigmes courants dominants du comportement et du cerveau humain. »

Pourquoi les études sont-elles importantes ?

Lorsque vous avez besoin d’un traitement médical, vous avez confiance que votre médecin vous recommandera un traitement efficace, éprouvé par les études scientifiques. Même lorsque vous achetez un produit quelconque, vous voulez sans doute savoir qu’il a passé des tests de contrôle de la qualité. Pourquoi serait-ce différent pour la thérapie?

Un avantage de la TCC est que c’est une forme de thérapie est qui est basée sur des objectifs concrets. Grâce à cela, la TCC peut être étudiée relativement facilement. Par exemple, si on prend un groupe d’individus souffrant de dépression et que la moitié de ces individus reçoivent de la thérapie cognitivo-comportementale, tandis que l’autre moitié sont placés sur une liste d’attente, nous pouvons comparer les symptômes de dépression des individus dans les 2 groupes avant et après 12 séances de thérapie. Nous pouvons alors comparer l’efficacité de la TCC versus le non-traitement; ou bien l’efficacité de la TCC en comparant avec celle de la médication, ou encore une autre forme de thérapie. Cela permet aux chercheurs de mesurer l’effet de la TCC, ainsi que l’ampleur de cet effet et de constater qu’un ensemble de preuves impressionnant témoigne de l’efficacité de la TCC.

En effet, la TCC est la forme de thérapie qui a fait l’objet du plus grand nombre d’études avec environ 90 000 études se rapportant à la TCC étant publiés sur PubMed (une base de données d’articles scientifiques du domaine médical). La grande majorité de ces études témoignent de l’efficacité de la TCC. Nulle autre forme de thérapie ne se compare à la TCC en termes de ce genre de résultats.

Ce que les études ne signifient pas :

Premièrement, le fait qu’un traitement a été démontré comme étant efficace ne signifie pas qu’il sera nécessairement efficace pour tout le monde. Souvenez-vous que l’efficacité veut dire que si un premier groupe d’individus recevait le traitement et qu’un second groupe ne le recevait pas, le premier groupe aurait des résultats plus positifs sur les mesures en question (par exemple : l’humeur), et ce résultat positif serait obtenu de façon constante. Cela ne signifie pas que tous les individus du premier groupe obtiendraient des résultats positifs, mais bien que la moyenne des individus ont obtenu des résultats assez positifs pour montrer que leurs résultats sont supérieurs à ceux du deuxième groupe, qui n’ont pas reçu le traitement (N.B. la moyenne des résultats des deux groupes peut différer un peu, par chance, mais pour être considéré comme étant efficace, la différence entre les résultats obtenus dans les deux groupes doit être assez grande pour que ce soit très peu probable qu’elle soit due à une variation aléatoire – c’est les principes de la statistique. La reproductibilité établit la fiabilité du résultat.) Cela fonctionne de la même manière pour les médicaments ; par exemple, un antidépresseur reconnu comme étant efficace par les études scientifiques peut bien fonctionner pour un patient et non pour un autre.

Deuxièmement, le fait que l’efficacité de la TCC a été amplement démontrée ne signifie pas que d’autres formes de psychothérapie ne fonctionnent pas ! Nous croyons que les approches psychothérapeutiques alternatives et complémentaires ont certainement une valeur. Ce que nous tentons de communiquer est tout simplement que nous sommes fiers d’utiliser une approche éprouvée par les études scientifiques et que nous savons que la TCC fonctionne !

Quelques articles et les liens pour y accéder :

https://www.psychologytoday.com/us/blog/anxiety-files/201111/cognitive-behavioral-therapy-proven-effectiveness

Butler, A.C., Chapman, J.E., Forman, E.M., & Beck, A.T. (2006). The empirical status of cognitive-behavioral therapy: A review of meta-analyses. Clinical Psychology Review, 26(1), 17-31.

Chambless, D.L., & Ollendick, T. H. (2001). Empirically Supported Psychological Interventions: Controversies and Evidence. Annu. Rev. Psychol, 52, 685-716.

Tolin, D.F., Is cognitive-behavioral therapy more effective
than other therapies? meta-analytic review, Clinical Psychology Review (2010),

https://www.hopkinsguides.com/hopkins/view/Johns_Hopkins_Psychiatry_Guide/787145/all/Cognitive_Behavioral_Therapy__CBT_

Butler AC, Chapman JE, Forman EM, et al. The empirical status of cognitive-behavioral therapy: a review of meta-analyses. Clin Psychol Rev. 2006;26(1):17-31.  [PMID:16199119]

Chambless DL, Ollendick TH. Empirically supported psychological interventions: controversies and evidence. Annu Rev Psychol. 2001;52:685-716.  [PMID:11148322]

Gould RL, Coulson MC, Howard RJ. Cognitive behavioral therapy for depression in older people: a meta-analysis and meta-regression of randomized controlled trials. J Am Geriatr Soc. 2012;60(10):1817-30.  [PMID:23003115]

Hofmann SG, Asnaani A, Vonk IJ, et al. The Efficacy of Cognitive Behavioral Therapy: A Review of Meta-analyses. Cognit Ther Res. 2012;36(5):427-440.  [PMID:23459093]

James AC, James G, Cowdrey FA, et al. Cognitive behavioural therapy for anxiety disorders in children and adolescents. Cochrane Database Syst Rev. 2013;6:CD004690.  [PMID:23733328]

Cuijpers P, Gentili C, Banos RM, et al. Relative effects of cognitive and behavioral therapies on generalized anxiety disorder, social anxiety disorder and panic disorder: A meta-analysis. J Anxiety Disord. 2016;43:79-89.  [PMID:27637075]

David D, Cotet C, Matu S, et al. 50 years of rational-emotive and cognitive-behavioral therapy: A systematic review and meta-analysis. J Clin Psychol. 2018;74(3):304-318.  [PMID:28898411]

Novick DM, Swartz HA. Evidence-Based Psychotherapies for Bipolar Disorder. Focus (Am Psychiatr Publ). 2019;17(3):238-248.  [PMID:32047369]